22220006 - Histoire générale moderne

Crédits ECTS 2
Volume horaire total 24
Volume horaire CM 24

Responsables

Contenu

"La Terreur ou la République française à l'épreuve de l'exception (1792-1795). Histoire, historiographies, mémoires".

Résumé : A l'issue du coup d’État du 10 août 1792, le roi Louis XVI est "suspendu", avant que la monarchie ne soit officiellement abolie le 21 septembre 1792. La France entre en république et doit repenser ses institutions, pour l'adapter au nouveau cadre démocratique défini par les vainqueurs du 10 août. L'exécution du ci-devant roi, le 21 janvier 1793, constitue un point de non-retour : la France doit affronter une coalition d’États européens, tandis que le pays s'enfonce progressivement dans la guerre civile. Les impératifs de la défense nationale conduisent les députés de la Convention à adopter un régime d'exception, visant à assurer la victoire de la république. Un ensemble de lois extraordinaires, limitées dans le temps, sont votées, autour de trois objectifs principaux : organiser l'effort de guerre, souder la communauté nationale autour d'une culture politique commune et éliminer impitoyablement les "traîtres" de l'intérieur. Les travaux historiques récents permettent de mieux connaître les effets de ces lois, en se défiant des légendes dorées et des légendes noires qui ont longtemps prévalues sur l'action de certains personnages. Le "cas" Robespierre fera ainsi l'objet d'une séance particulière. Ce cours sera l'occasion de réfléchir sur les enjeux mémoriels de la "Terreur", qui continuent de structurer les positionnements politiques partisans en France.

A travers des exemples récents, comme la canonisation en octobre 2016 du frère Salomon Leclercq, érigé en martyr par l’Église catholique, ou les célébrations du 224e anniversaire de la proclamation de la république par le Grand Orient de France, nous étudierons les différentes mémoires de l'événement qui se sont progressivement constituées et qui continuent de s'affronter dans l'espace public. Pour paraphraser Henry Rousso, force est de constater que la "Terreur" reste aujourd'hui encore "un passé qui ne passe pas", que ce soit pour en faire un objet polémique ou au contraire pour l'occulter. Car les événements de 1793 pose avant tout la question des limites de la démocratie républicaine et des dangers de l'exception juridique. Ce cours sera enfin l'occasion de réfléchir plus généralement sur les difficultés de mener un travail historique objectif face aux lois mémorielles et aux récupérations politiques de tous bords.

Bibliographie

  • Michel Biard (dir.), Les politiques de la Terreur (1793-1794), Rennes, PUR, 2008.
  • Michel Biard et alii (dir.), 1792, entrer en République, Paris, Armand Colin, 2013.
  • Michel Biard et Philippe Bourdin (dir.), Robespierre. Portraits croisés, Paris, Armand Colin, 2012 (rééd. 2014).
  • Michel Biard et Hervé Leuwers (dir.), Visages de la Terreur. L'exception politique de l'an II, Paris, Armand Colin, 2014.
  • Hervé Leuwers, Robespierre, Paris, Fayard, 2014.
  • Jean-Clément Martin, Robespierre. La fabrication d'un monstre, Paris, Perrin, 2016.

Mise à jour : 25 octobre 2016