• Recherche,
  • Lettres,

Excessives Amériques

Héritage et transfert culturel

Publié le 14 avril 2011 Mis à jour le 11 mai 2011

Sous la direction de Jean-Claude LABORIE.

Ce volume est publié avec le concours du conseil scientifique de l'Université Jean Moulin Lyon 3, du groupe de recherches Marge (Centre Jean Prévost, Lyon 3).

Les relations entre l'Europe et l'Amérique ne furent pas seulment d'or, d'esclaves et de café. Les idées aussi ont circulé, de manière à forger les identités de part et d'autre de l'Atlantique. Au regard des normes européennes, l'excès et la démesure ont structuré l'image du Nouveau Monde et justifié toutes les violences des conquérants, le concept tuant plus sûrement que l'arquebuse. Après les indépendances, artistes, écrivains, architectes américains ont revendiqué cet excès pour en faire une catégorie positive sur laquelle fonder l'identité culturelle du continent. A partir des années 1960, une modernité plus radicale émergea au nom d'une transgression des normes qui, pourtant, prétendait rompre avec le legs de l'Histoire.
L'excès est donc une notion centrale pour analyser les transferts culturels qui se sont opérés entre l'Europe et l'Amérique. Au travers des productions artistiques les plus diverses : la littérature, le théâtre, la peinture, l'architecture, le cinéma. Lles textes qui composent ce volume en révèlent les grandes articulations.

Jean-Claude LABORIE est maître de conférences en littérature générale et comparée à l'université Paris Ouest-Nanterre-La Défense. Spécialiste des transferts culturels entre l'Europe et l'Amérique du Sud, il a publié de nombreuses études sur l'Amérique coloniale, notamment, Mangeurs d'homme et mangeurs d'âme (2005), et sur les récits de voyage au XVIè siècle pour lesquels il prépare une anthologie aux éditions Gallimard (Folio classique).



Editions Desjonquères
ISBN : 978-2-84321-132-4
Prix : 26 € TTC (France)



Mise à jour : 11 mai 2011