• Manifestations scientifiques,

Lire les Suasoires 6 et 7 de Sénèque le Père : mémoire politique et mémoire culturelle dans les écoles de rhétorique à Rome au début du Principat

Publié le 14 novembre 2016 Mis à jour le 14 novembre 2016

Les deux suasoires (Suas. 6 et 7) de Sénèque le Père consacrées à la figure emblématique de l’orateur Cicéron sont des textes essentiels à la compréhension des transformations politiques et idéologiques qu’a connues la Rome antique lors du passage de la République à l’Empire.

Ces deux textes ont la particularité de compiler des extraits de discours déclamés par des rhéteurs latins ou grecs et constituent de ce fait un témoignage majeur sur l’éloquence qui s’est déplacée du forum et des tribunaux vers les écoles de rhétorique. Ils éclairent également la manière dont, entre 30 av. J.-C. et 30 ap. J.-C., les lettrés ont pu élaborer différentes mémoires concurrentes de la République éteinte dans la guerre civile et négocier leur position par rapport à un pouvoir, celui du princeps Auguste, qui tendait à exercer un contrôle de plus en plus étroit sur l’expression littéraire et sur la liberté de parole.

Les sujets illustrés par ces Suasoires sont épineux et potentiellement explosifs au début du principat : Cicéron doit-il chercher à obtenir le pardon d’Antoine, l’un des triumvirs responsables des proscriptions ? Doit-il brûler ses discours et le produit de son éloquence pour qu’Antoine lui laisse la vie sauve ? Le personnage de Cicéron, perçu comme une incarnation de l’idéologie et des pratiques républicaines, est un enjeu de mémoire après sa mort en 43 av. J.-C. et suscite à la fois l’admiration et la méfiance du pouvoir ; le personnage d’Antoine, allié puis ennemi d’Octavien vaincu à Actium, représente un repoussoir absolu, objet d’une procédure de damnatio memoriae en même temps que l’orthodoxie augustéenne le fige comme figure de la tyrannie. Les questionnements que pose l’œuvre de Sénèque le Père (sur le statut de la parole, les enjeux politiques et culturels de la mémoire après les guerres civiles, la libertas…) sont des questionnements transposables à d’autres périodes de l’Histoire qui ont été marquées par des traumatismes collectifs.

Les journées d’étude organisées à Lyon par Marie Ledentu (PR de latin - Lyon 3) et Charles Guérin (PR de grec - Université Paris-Est Créteil) s’inscrivent dans un projet de traduction et de commentaire des suasoires 6 et 7. Celles-ci ne sont disponibles en français que par une traduction ancienne, réalisée par Henri Bornecque en 1932 (édition « Classiques Garnier ») et ne bénéficient d’aucun commentaire suivi en langue française. L’entreprise menée au sein du projet ConSenSu (Controversiae-Seneca-Suasoriae) fédère des chercheurs des universités de Lyon, Grenoble, Lausanne, Strasbourg, Sao Paulo et King’s College London (projet Bourgeon 2015-2016 financé par l’université Jean Moulin-Lyon3). Les deux journées d’étude auront pour objet de croiser les lectures pour mettre à jour les enjeux rhétoriques, idéologiques, politiques des deux textes, à partir d’un état actualisé de la recherche sur l’œuvre de Sénèque le Père et les questions qu’elle pose.

Pour plus d'informations, téléchargez le programme complet de ces deux journées d'études.

Contact :
Thématiques :
Manifestations scientifiques

Mise à jour : 14 novembre 2016