Aller au menu | Aller au contenu | Aller à la recherche

[ Université Jean Moulin Lyon 3
Recherche avancée

Faculté des Lettres et Civilisations - Université Jean Moulin Lyon 3

Université de Lyon

Accueil : Lettres et Civilisations / Actualités / Publications

Violences religieuses à Grenade et à Toulouse. L’affaire Bernard de Vabres (1561-1562)

  • Version PDF

Sous la direction de Jean Le Pottier et Pierre-Jean Souriac

Mise à jour : 13 octobre 2017

vabres.jpg
Grâce aux Amis des Archives de la Haute-Garonne, l’histoire des guerres de Religion en région toulousaine s’enrichit d’un dossier inédit. Acquises par les Archives départementales de la Haute-Garonne en 2013, les deux liasses éditées ici se révèlent l’unique témoignage de la procédure menée par le parlement contre le jeune sénéchal de Toulouse, Bernard de Vabres, baron de Castelnau-d’Estrétefonds, après les tragiques événements de mai 1562 à Toulouse.

« L’affaire Bernard de Vabres » commence en fait à Grenade-sur-Garonne en octobre- novembre 1561, lorsque la population catholique de cette bastide massacre quelques habitants gagnés à la Réforme. Soucieux avant tout du maintien de l’ordre et inspiré par la politique royale d’équilibre entre les confessions qu’affirmera l’édit de Janvier 1562, le sénéchal désarme toute la population et poursuit les émeutiers catholiques. Un syndicat des habitants se forme contre lui, qui fait appel au parlement pour le désavouer. L’affaire se noue ensuite lors des combats qui opposent catholiques et protestants en mai 1562 à Toulouse.
Le sénéchal procède à la levée du ban et de l’arrière-ban au moment même où les protestants s’emparent du Capitole. Très vite suspect aux yeux des meneurs catholiques du parlement qui organisent la défense de la ville désormais inexpiablement coupée en deux, il semble avoir eu une attitude hésitante voire timorée, souhaitant peut-être maintenir une neutralité qui n’était plus de saison.
Il est mis en prison dès le jour de la victoire catholique, sauve sans doute de peu sa tête et passe, entre mai et septembre 1562, un périlleux été à devoir répondre aux accusations. C’est une partie du dossier qu’il a alimenté lui-même de ses interrogatoires et des auditions des témoins, parfois annotés de sa main, de ses mémoires en défense et de diverses pièces justificatives, qui est ici publiée.

L’édition de ces textes, témoignage tragique sur la psychologie d’un jeune gentilhomme, victime de l’échec du pouvoir monarchique face à la montée des haines religieuses et civiles, est accompagnée d’une introduction historique de Pierre-Jean Souriac, maître de conférences à l’université Jean Moulin-Lyon 3, d’un riche appareil critique et d’un dictionnaire-index des acteurs des événements qui offre une véritable coupe sociologique sur la vie de la petite cité de Grenade et de la capitale toulousaine à l’orée de presque quarante ans de violences.

Cet ouvrage contient une participation de Pierre-Jean Souriac, maître de conférence d'histoire moderne à l’Université Lyon 3.

Pour plus d'informations sur cet ouvrage, consultez ce lien vers le site des Amis des Archives de la Haute-Garonne.

Thématique(s)
Culture, Sciences sociales

Rechercher un article

Recherche un article

Mise à jour : 13 octobre 2017