• Culture,

Journée Internationale des Droits des Femmes | Lecture spectacle - C'est tout Elles

Publié le 8 janvier 2020 Mis à jour le 27 février 2020
Femme et livre
Femme et livre

Un spectacle pour regarder à travers le trou de la serrure, pour entendre ce qui ne se dit pas, au travers de textes d’ici et d’ailleurs, et se laisser transporter par Elles.

Dans le cadre de la Journée Internationale des Droits des Femmes.

Lecture-spectacle par les étudiants de l’atelier de lecture théâtrale dirigé par
Hélène PIERRE, Nième Compagnie.

 

COMPLET



Imaginez.
Imaginez, vous êtes à l’orée d’une nouvelle ère.
Vous êtes dans l’enceinte d’une cité labyrinthique peuplée de femmes.
Imaginez-vous parcourant les dédales d’une ville dont les noms des rues seraient exclusivement féminins.
Imaginez.
Au détour d’un virage, au détour d’un rond-point, au fond d’une impasse, vous tombez sur une femme.
Imaginez cette femme vous prenant par la main pour vous raconter son histoire. Ou celle d’une autre.


C’est tout Elles est une lecture théâtralisée déambulatoire. Vous entendrez :

Simone DE BEAUVOIR, Le deuxième sexe
Olympe DE GOUGES, Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne
Nadège BEAUSSON-DIAGNE, Noire n’est pas mon métier
Laurent GAUDÉ, Salina, les trois exils
Virginie DESPENTES, King-kong Théorie
Alaa EL-ASWANY, J’ai couru vers le Nil
Laetitia COLOMBANI, La tresse
Négar DJAVADI, Désorientale


Chaussures
 

Si l’on vous dit « Femme »,
à quoi pensez-vous ?

Si vous pensez « Femme »,
que direz-vous ?

Et puis, dis,
c’est quoi,
« Femme » ?




La BUL (Brigade d’Urgence Littéraire) de Lyon 3 se penche sur ces questions vertigineuses et s’empare de cet exercice difficile : la lecture théâtralisée.

Il s’agit ici de lire à voix haute des textes littéraires qui n’ont pas été écrits pour être joués. Cela demande un travail minutieux sur l’interprétation puisqu'il est nécessaire que les mots atteignent le spectateur sans être pour autant joués.

Tout est une question d’énergie, de présence et d’implication pour donner corps au texte afin que les mots nous traversent, comédiens et spectateurs.

Ici, peu de mise en scène mais bien un travail de direction de jeu. Comment être au plus près d’un texte sans trop l’interpréter ? Comment être physiquement impliqué tout en restant passeurs de mots ? Comment se faire ses propres images intérieures de façon à en créer chez le spectateur ?

Voila le défi relevé par une dizaine d’étudiants passionnés et volontaires !
 
Inscriptions closes