L’entrée royale d’Henri II

Publié le 22 mars 2022 Mis à jour le 22 mars 2022

INTRODUCTION ET DÉFINITION DE L’OBJET

Lyon, capitale économique et culturelle de rang européen, est avant tout une capitale régionale et épiscopale. Elle constitue un point stratégique dans l’affirmation du pouvoir royal.

Ainsi, la ville multiplie les accueils solennels, parmi lesquels les entrées royales suscitent le plus l’intérêt des Lyonnais. En effet, lorsqu’un puissant vient visiter une ville aussi grande que Lyon, il est de coutume de célébrer son arrivée. La cité entière se mobilise, durant quelques semaines, pour les préparatifs de la fête (organisation, mise en place des décors, prélèvement de ressources, emprunts, etc.). Au XVIe siècle, le Consulat de Lyon se charge de nommer un ou plusieurs artistes pour élaborer les décors éphémères de la ville, voire rédiger l’ouvrage relatant l’entrée royale.

Les architectures et les spectacles vivants sont les deux principaux éléments de la mise en scène de la ville. Un des édifices les plus importants de l'entrée est la production d’un livre à l’image de la fête. L’ouvrage, majoritairement rédigé en amont, est parfois écrit par l'organisateur en personne, comme Maurice Scève pour l'entrée d'Henri II. Le récit descriptif entrée royale constitue un genre littéraire à part entière. Celui-ci est souvent utilisé comme la principale source historique des entrées. Pourtant, ce livre n’est pas moins une mise en scène que les pièces de théâtre ou les monuments éphémères construits pour chanter la gloire du roi.

Le XVIe siècle est une période de changement artistique inspiré des arts antiques. Les entrées royales, bien qu’elles retranscrivent et glorifient le contexte de l’époque, sont inspirées d’anciens rites datant de l’Antiquité gréco-romaine, dont la Renaissance a repris les principes. Tout en s’inscrivant dans le mouvement humaniste, les entrées royales du XVIe siècle puisent de plus en plus dans le fantasme de l’empereur romain. Le décor et les acteurs jouant un rôle essentiel dans l’entrée du roi, ils commentent et mettent en scène les rapports entre le Roi et la ville dans cette optique. L'entrée royale est imprégnée d'influences antiques, dans son fond comme dans sa forme. Mais alors, en quoi les éléments antiquisants des entrées royales au XVIe siècle à Lyon constituent-ils un éloge de la figure royale ?  

Il s’agira d’étudier l’entrée royale d’Henri II, en s’appuyant principalement sur le livret rédigé par Maurice Scève, son principal organisateur. Il s’intitule : La magnificence de la superbe et triumphante entree de la noble et antique cité de Lyon faicte au treschrestien roy de France Henry deuxiesme de ce nom et à la royne Catherine son espouse le XXIII. de septembre M.D.XLVIII. Cet ouvrage a été édité et imprimé à Lyon, chez Guillaume Rouillé, en 1549, un an après l’entrée royale du monarque. L’ouvrage est écrit en moyen français. Il s’agit d’une monographie imprimée et l’unique livre officiel relatant l’entrée royale d’Henri II à Lyon. Cela justifie le format conséquent de l’ouvrage et le travail sur les reliures : il est le dernier monument de l’entrée. Actuellement, un exemplaire est conservé à la Bibliothèque municipale de Lyon.

► Accéder à l'étude : L’entrée royale d’Henri II